Page initiale   Page précédente   Page suivante   Index  

LE COCOTIER

Cocos nucifera L. (Kew Gardens. Photo P. Pavone)

Cocos nucifera L.

Aire d’origine et zone de cultivation - Natif des régions tropicales d’Orient, il est aujourd’hui cultivé aussi bien sur le continent asiatique (Inde, Sri-Lanka, Indonésie) qu’en Amérique centrale et méridionale (Mexique, Brésil). En Afrique, les pays producteurs les plus importants sont le Mozambique, la Tanzanie et le Ghana.

Etymologie - Le nom Cocos dérive probablement d’un terme portugais signifiant "singe", peut-être à cause de la ressemblance entre la noix, avec ses trois pores germinatifs, et un museau de singe. Le nom spécifique nucifera dérive du latin, avec le sens de "porteur de noix" (de fero= je porte; et nux= noix).

Description botanique - Le cocotier est une plante à la longévité importante, pouvant vivre jusqu’à 100 ans. Il a un tronc unique, haut de 20 à 30 m, à écorce lisse et grise, marqué par les cicatrices en anneaux des vieilles feuilles.

Les feuilles, longues de 4 à 6 m, sont pennées, composées de folioles linéaires-lancéolées, plus ou moins recourbées, rigides, de couleur vert-brillant.

Les inflorescences, qui naissent à l’aisselle des feuilles, quelquefois d’une spathe carénée, sont des spadices ramifiés dont les fleurs femelles sont disposées à la base et les fleurs mâles en hauteur. Les fleurs ont des pétales lancéolés, 6 étamines et l’ovaire formé de 3 carpelles soudés.

La pollinisation est croisée, anémophile ou entomophile.

Le fruit, aussi gros que la tête d’un homme et pesant de 1 à 2 kg, est une drupe avec un épicarpe mince et lisse, de couleur gris-brunâtre, un mésocarpe fibreux et épais de 4-8 cm et un endocarpe ligneux. Etant léger, celui-ci peut être transporté par la mer sur de longues distances, tout en maintenant longtemps sa germinabilité.

L’intérieur contient une graine unique, riche en substance de réserve localisée dans l’endosperme qui est en partie liquide (lait de coco) et en partie solide (pulpe).

Au moment de la germination de l’embryon, la radicule sort d’un des trois pôles germinatifs visibles de l’extérieur.

Ecologie - Le cocotier posse bien sur les terrains sableux et salins; il recquiert une lumière abondante et des pluies régulières tout au long de l’année.

Utilisations - Le cocotier est probablement le palmier le plus cultivé au monde. Les noix de coco représentent une des principales sources de revenu pour les pays producteurs puisqu’on tire de celle-ci une infinité de produits, utilisés et appréciés également dans les pays occidentaux.

D’autres parties de la plante sont toutefois utilisées, comme les feuilles, avec lesquelles on réalise des paniers, des couvertures de toits, etc.; ou bien les bourgeons terminaux, une fois la plante devenue adulte, qui constituent un excellent chou-palmiste; ou encore la sève sucrée qu’on fait jaillir de quelques inflorescences par des entailles appropriées et de laquelle on tire une boisson alcoolisée, connue sous le nom de toddy ou vin de palme.

La noix de coco est utilisée en entier, comme fruit, ou en parties: les fibres du mésocarpe, le lait, l’amande ou pulpe, la coque.