Page initiale   Page précédente   Page suivante   Index  

LES PALMIERS À IVOIRE

Phytelephas aequatorialis Spruce (Photo Giovanni Onore)

 

Phytelephas macrocarpa Ruiz & Pav.

Etymologie - Le terme générique dérive du grec phyton = plante et elephas = éléphant, par référence à la production d’ivoire. Le terme spécifique fait allusion aux dimensions notables des fruits, plus grands par rapport à ceux des autres espèces.

Aire d’origine - Colombie, Equateur

Description botanique - Palmier d’aspect trés particulier, caractérisé par un tronc traçant duquel partent de nombreuses racines adventices, haut jusqu’à 6 m, arqué et ascendant seulement dans une brève partie terminale, où se développe une dense couronne de feuilles pennées, droites, longues jusqu’à 6 m. Les fleurs sont monosexuées, portées par des individus distincts: les fleurs mâles sont réunies en spadices non ramifiés, longs et cylindriques; les fleurs femelles en inflorescences à glomérules, trés courtes et compactes. A maturité, celles-ci donnent naissance à des infrutescences globulaires, constituées d’un ensemble de fruits (drupes) ayant poussé partiellement, avec 6-9 graines. Les graines contiennent un tissu nutritif (albumen), initialement laiteux, comestible et de saveur agréable, qui à maturité devient trés dur et semblable à l’ivoire animal.

Utilisations - L’albumen durci des graines de cette plante, ainsi que celui de l’Hyphaene thebaica, constitue un ivoire végétale assez prisé, utilisé pour fabriquer des boutons et des objets gravés.