Page initiale   Page précédente   Page suivante   Index  

LE PALMIER NAIN

Chamaerops humilis L. (Jardin botanique de Catane. Photo P. Minissale)

Chamaerops humilis L.

Aire d'origine - Région méditerranéenne.

Etymologie - Le terme générique dérive du grec chamai = par terre, au sol et rops = rejeton, buisson; il fait allusion à l'allure de la plante, à laquelle fait également référence le terme spécifique, d'origine latine.

Description botanique - Plante d'aspect cespiteux, acaule ou à troncs multiples d'une hauteur atteignant 2 m, parfois 6-8 m en culture, couverts de fibres et des restes des pétioles foliaires. Les feuilles sont persistantes, en éventail, rigides et droites, avec de longs et minces pètioles munis d'épines latérales et un limbe divisé en 16-20 segments pointus. Les fleurs, monosexuées ou hermaphrodites, sont petites, jaunes, réunies en épis denses qui prennent naissance entre les pétioles foliaires, enveloppés par une spathe bivalve. Les fruits sont charnus, ovoïdes, de couleur jaune-rougeâtre, de 2-3 cm de longueur, non comestibles.

Utilisations - Dans tous les pays méditerranéens occidentaux, où il croît de manière spontanée, les feuilles du palmier nain ont toujours été utilisées pour les travaux de tressage de divers types.

Le bourgeon apical est utilisé dans l'alimentation comme chou-palmiste, surtout dans les pays d'Afrique du Nord, mais aussi en Sicile où on l'appelle "ciafagghiuni".