Page initiale   Page précédente   Page suivante   Index  

LE PALMIER À CIRE

Copernicia baileyana Leon (Photo F. De Santis)

Copernicia cerifera Mart.

Etymologie - Le terme générique est dedié au fameux astronome polonais N. Copernic. Le terme spécifique fait clairement référence à sa caractéristique de producteur de cire.

Aire d’origine - Nord-Est du Brésil.

Description botanique - Palmier au tronc unique, droit, haut de 10-12 m, couvert des restes des gaines foliaires. Les feuilles, portées par un pétiole droit, sont palmées, d’un diamètre de 1,2 - 1,5 m, subdivisées jusqu’à la moitié en environ 60 segments trés pointus, de couleur vert-brillant et couverts d’une substance cireuse. Les fleurs sont rassemblées en inflorescences à grappes ramifiées, aussi longues que les feuilles. Les fruits, arrondis, sont de couleur brunâtre.

Utilisations - On tire des feuilles de ce palmier la cire carnauba, trés prisée, dont le nom provient d’une population indigène du Brésil où la plante croît de manière spontanée.

Les feuilles sont récoltées durant la saison sèche, quand elles sont encore fermées et enveloppées d’une fine couche de cire. Celle-ci est extraite, filtrée, ensuite fondue et mise dans commerce sous forme de pains durs et fragiles, d’une couleur variant du gris-verdâtre au jaune-pâle, ou eventuellement blanchâtre aprés décoloration de la cire.

Chaque plante produit une centaine de feuilles, dont on tire environ 7 kg de cire pour chacune d’entre elle.

La cire carnauba est la plus dure des cires végétales connues. Elle est faiblement soluble à froid et est principalement utilisée pour hausser le point de fusion des autres cires.

Pour ses très bonnes caractéristiques physiques, elle est largement utilisée dans divers secteurs. Grâce à sa dureté et une plus grande conservation de son brillant, elle est surtout appréciée comme constituant pour encaustiques, mais également les cires pour meubles et carosseries, cirages, encre pour papier-carbone. Elle est également employée pour corroyer et faire briller le cuir, pour les toiles cirées, dans la fabrication des crayons et pastels et pour durcir les bougies.

Celles de meilleur qualité, privée d’impuretés (sable, terreau, etc.) sont utilisées dans l’industrie cosmétique pour préparer les rouges à lèvres, stick-déodorants, dont elles accentuent la consistance.