LES HERBIERS A IMPRESSION

 

Entre le XVe et le XVIe siècle, à l'époque où les techniques d'imprimerie ne s'étaient pas encore pleinement affirmées, une nouvelle méthodologie fut entreprise pour la réalisation de tables botaniques, celle de l'impression avec le secours d'une matrice naturelle , c'est-à-dire la plante elle-même.

Cette technique, décrite également par Leonardo dans son Codice Atlantico (1510-1519), prévoyait de parsemer de suie, produite par une bougie allumée sous un vase, un côté de la plante qui était ensuite pressée entre deux feuilles, laissant ainsi son empreinte. En alternative, on pouvait toujours imprégner l'échantillon avec une substance colorante pour ensuite le presser entre deux feuilles de papier.

Ce mode de réalisation n'eut pas un grand succès, soit pour le manque de fiabilité de l'empreinte laissée sur le papier soit pour les difficultés et les inconvénients de cette même technique par rapport aux traditionnelles méthodes d'imprimerie qui, entre temps, s'étaient nettement améliorées.

L'utilisation d'herbiers à impression fut complètement abandonnée au cours du XVIIIe siècle.

 

Index   Qu'est-ce qu'un Herbier ?   L'évolution historique des herbiers  Comment se prépare un herbier   L'Herbier du Département de Botanique