COMMENT SE PREPARE UN HERBIER

LA STERILISATION

 

Les collections conservées dans les Herbiers sont sujettes aux attaques de la part de nombreux parasites.

Les moisissures peuvent causer des dommages aux exemplaires, mais uniquement dans des milieux particulièrement humides; pour prévenir le début des moisissures il est nécessaire d'imbiber les échantillons avec de l'alcool dénaturé.

Les principaux responsables des infestations des Herbiers sont les insectes; ceux-ci montrent une certaine sélectivité en ce qui concerne le type et la partie de la plante à attaquer.

Parmi les familles les plus "convoitées", on peut noter les Composites, les Ombrellifères, les Crucifères, pendant que d'autres sont peu attaquées comme les Graminacées et les Cipéracées.

Les insectes chérissent particulièrement les tissus tendres des fleurs et des jeunes feuilles, mais dans tous les cas de figure, ils attaquent également les tigelles lignifiées. Quoiqu'il en soit, il n'existe aucune plante qui puisse être considérée hors de danger si les conditions de conservation ne sont pas appropriées.

C'est chose admise que les insectes attaquent les exemplaires de récolte récente (c'est entre la première et la cinquième année que se font les dommages majeurs) plus fréquement que sur les plus anciens.

Dans les Herbiers, on rencontre le plus souvent des coléoptères. L'insecte le plus craint est le coléoptère cosmopolite appartenant au genre Lasioderma, qui attaque un bon nombre de plantes et qui fait de vrais ravages, réduisant les plantes en fine poussière.

Les conditions climatiques sont les facteurs principaux responsables des infestations. En effet, les climats chauds et humides favorisent le développement et la diffusion des parasites. C'est pourquoi la température et l'humidité doivent être controllées pour maintenir un climat inhospitalier aux insectes. La température doit être inférieure à 21°C et l'humidité de l'air doit être comprise entre 30 et 40%.

Il existe de nombreux moyens pour combattre les parasites responsables des infestations des Herbiers. On peut adopter des moyens chimiques et des moyens physiques.

En ce qui concerne les premiers, les substances les plus communément utilisées sont la naphtaline, le camphre, le paradichlorobenzène, le bichlorure mercurique, mais leur emploi est déconseillé à cause des effets qu'ils peuvent avoir sur l'homme.

En ce qui concerne les moyens physiques, on peut utiliser la chaleur, les micro-ondes ou le froid.

L'utilisation de la chaleur consiste à exposer les échantillons pendant 4-5 heures à une température d'environ 75°C, ou bien à une température plus basse mais plus longtemps. Cette méthode, si inoffensive et rapide qu'elle soit ne peut être utilisée que pour des petites quantités de plantes.

Les micro-ondes mettent en mouvement les molécules liquides contenues dans les insectes, et par conséquent les réchauffent, mais laissent intactes celles des plantes séchées. Le four micro-ondes est de lui même aussi efficace, rapide, économique et inoffensif, mais ne peut s'adopter pour de grandes quantités.

La meilleure méthode, et donc la plus diffusée, est l'utilisation du froid. La stérilisation est effectuée par congélation des paquets à une température de -25°C pendant 6 à 7 jours. Cette méthode est assez efficace et présente de notables avantages tels que la simplicité des opérations et une totale inoffensivité pour les opérateurs.

Page suivante


Index   Qu'est-ce qu'un Herbier ?   L'évolution historique des herbiers  Comment se prépare un herbier   L'Herbier du Département de Botanique